Comprendre les matières

 

Afin de plonger dans l’essence du style masculin, discutons matières. Qui dit matière, dit tissus, dit qualité de fabrication, dit produit qui évoluera avec vous (à ce sujet, voir l’excellent article de Geoffrey Bruyère sur bonnegueule.fr, traitant des matières qualifiées de vivantes et mortes http://www.bonnegueule.fr/conseils-usure-vieillissement-vetements-vivants-morts/) et qui vous donnera satisfaction à long terme.

Tout dépend de ce que vous recherchez (un maillot de bain 100 % laine n’est probablement pas le choix le plus adapté!), mais, à mon sens, voici les 3 principales matières qui devraient retenir votre attention :

coton_5
C’est de ça que ça a l’air !
  • Le coton

La base de bien des tissus et de presque toute votre garde-robe! C’est la matière que vous rencontrerez le plus souvent pour le t-shirt du dimanche, pour la fabrication des jeans, pour la confection de vos chemises… Ça provient d’une plante (historiquement cultivé, entre autres, dans le sud des USA et grand contributeur à l’esclavagisme, pour mémoire d’homme…), laquelle est récoltée, filée, traitée pour ensuite devenir un tissu qui permettra de créer des vêtements.

Vous la rencontrerez dans tout ce qui est «casual»/petite maille : t-shirt, polo, pantalon sports (chinos et autres)… On le mélange souvent à du polyester, donc on regarde l’étiquette ! Recherchez un tissu 100 % coton, ou alors avec peu de matières synthétiques ; moins de 30 % est probablement une valeur cible raisonnable (aucune valeur scientifique toutefois !). C’est ce qui vous assurera un produit qui respire et qui devrait vous suivre pour quelques années de bon compagnonage !

Le coton a souvent tendance à boulocher un peu à l’usage. Ne vous inquiétez pas si c’est le cas rapidement ! Les cotons de bonne qualité devraient boulocher assez rapidement (un peu), avant de se stabiliser et de ne plus produire le phénomène, du moins de façon excessive. Un coton «cheap» se boulochera moins rapidement initialement : il aura été fixé avec des agents chimiques qui le stabiliseront. Toutefois, ils ne sont pas éternels, et votre t-shirt finira par se désintégrer sous vos yeux (comme les lunettes de Tom Cruise dans Mission Impossible) à chaque port/lavage que vous lui ferez subir. On évite.

laine_mouton
Beeeeehhhh
  • La laine

Deuxième tissu de base du vestiaire masculin, à la base de beaucoup de pièces formelles : costume/veston/manteau de type pardessus…. Obtenue par la tonte des moutons (pas exclusivement, mais dans la plupart des cas), on en tire plusieurs sous-types de tissus : laine «de base», mérinos, alpaga, cachemire, alouette… lesquels sont différenciées par la race d’animaux à partir desquels ils sont récoltés. C’est un excellent isolant : donc un tissu qui sera chaud en hiver, mais également respirant, et permettant ainsi l’évaporation de la chaleur lors de temps plus chauds.

Pour les costumes/pièces sartoriales, on parlera souvent du tissu en l’exprimant sous forme d’un chiffre : super 100s, super 120s, super 150s… De façon simplifiée, on peut affirmer qu’il s’agit d’une mesure de la finesse du fil de laine à la base du tissu. En gros, plus le chiffre est élevé, plus le tissu aura (théoriquement!) une main douce. Par contre, plus le chiffre est élevé, plus le prix sera conséquent !

Fiches_2442012_158_650
Joli dans un jardin !
  • Le lin

Fibre naturelle par excellence, le lin est le maître des pièces décontractées… et du bermuda froissé. Il s’agit d’une plante, laquelle est cultivée sur plusieurs continents, qui sera récoltée, séchée, puis brisée et organisée en tissu.

Honni par certains, adoré par d’autres, le grand avantage du lin demeure dans son grand confort. Difficile de ne pas apprécier le port d’une chemise décontractée en lin ! Aussi, il s’agit d’une matière qui ne retient pas du tout la chaleur ; à favoriser par temps chaud !

On voit également le lin comme composant partiel de certains tissus, dans la confection de vestes, chemises, etc. C’est un concept intéressant, qui apporte un peu de respiration à vos vêtements, tout en amenant un rendu un peu plus brut, qui peut être visuellement très réussi.
Mais, c’est vrai, le principal désavantage de ce tissu est sa grande froissabilité ; plutôt que de voir cet élément comme un point négatif, on vous encourage à intégrer cette caractéristique dans vos looks pour garder un esprit relax. Et, de toute façon, tout le monde sait que du lin, ça ne vient jamais vraiment sans quelques plis ! Alors, assumez-vous 😉 !

 

L’ennemi de tous : les fibres synthétiques

 

Vous l’aurez sûrement compris, nous avons un fort parti pris contre le polyester, la viscose, la rayonne, etc. Mais, comprenez-nous bien : on n’a pas affaire ici à Darth Vador. Dans certaines situations (ex. : maillot de bain), certaines qualités (ex. : imperméabilité) peuvent être très recherchées, voire essentielles. Pour un manteau hivernal qui peut vous garder au chaud jusqu’à -30°, tout en vous gardant au sec, aucune fibre naturelle ne vous amènera les caractéristiques techniques d’un parka Canada Goose (on ne parle pas du duvet à l’intérieur là 😉 ) !

Je t’encourage plutôt à être vigilant dans les pièces quotidiennes que tu porteras au bureau, au resto et chez maman. Dans ces situations, l’ajout de matières synthétiques en grande quantité vise surtout à diminuer le coût de fabrication. Cet ajout, toutefois, fera en sorte que ton pull adoré ne te suivra pas très longtemps dans tes aventures vestimentaires… Le tissu sera (probablement) de moins bonne tenue et s’usera plus rapidement.

 

La morale de cet article (et phrase finale) : REGARDE L’ÉTIQUETTE AVANT D’ACHETER !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s