Patience, patience…

En une, Pino Peluso à l’oeuvre, dans son atelier napolitain

J’ai été interpellé, récemment, par ce dossier paru dans LaPresse+.

On y traite (entre autres) du désir de l’instantané qui importe plus que tout de nos jours. Et surtout de son corollaire, c’est-à-dire de l’irritabilité qui survient quand cette vitesse désirée n’est pas obtenue. L’impatience est un symptôme fréquent de ce désir de rapidité, surtout en cette société 2018 dans laquelle nous vivons.

On le remarque dans toutes les sphères de la vie : les communications sont plus rapides que jamais – et on veut une réponse immédiatement -, on peste contre le trafic à l’heure de pointe, les comportements de bienséance s’effacent, parce qu’on veut gagner du temps. Qui n’a jamais vu un conducteur faire un geste de frustration, limite dangereux, pour pouvoir changer de ligne et aller plus vite ? Ce genre de comportements est omniprésent.

Toute cette célérité n’est certainement pas bonne à jeter, mais je crois bien que la patience, la vertu d’être capable d’attendre, sans irritabilité/colère/insatisfaction, est une qualité qui gagne à être développée pour mieux cohabiter en société. Et, de surcroît, éviter les comportements désagréables qui peuvent témoigner de notre irritabilité. Les bonnes manières, non pas au sens hautain et snob qu’on leur prête, mais bien dans le sens de bien cohabiter, eh bien, ça prend un peu plus de temps 😉 !

La culture sartoriale, à l’envers de ce désir d’instantanéité, est un bel exemple des vertus de la patience. À l’ère où le commerce électronique est omniprésent (dans toutes les gammes de produits), où les frontières existent de moins en moins, il y a, dans le fait d’aller rencontrer un tailleur, de prendre du temps pour bien choisir son tissu, la coupe d’une veste, les délais de réalisation, bref, il y a une profonde notion de patience, de tempérance. Pas que ce soit un vice, mais bien pour prendre le temps de bien apprécier le geste d’acquérir une belle pièce vestimentaire.

Ça ne concerne d’ailleurs pas que les diverses formes de sur-mesure ! Il est certain que les délais encourus dans la réalisation d’un vêtement fait spécialement pour soi impliquent une certain notion de patience, mais on peut retrouver ce même plaisir à faire durer dans le geste de choisir soigneusement, de façon réfléchie et non impulsive, une belle chemise, un jean ou une paire de chaussures qui te plaît. L’essentiel de la démarche sartoriale, à mon avis, se trouve dans cette réflexion qui accompagne la construction progressive d’un vestiaire qui te ressemble, qui te durera longtemps et qui se voudra responsable à tous points de vue.

Sur ces quelques mots d’allure un peu trop sérieuse (mais qui ne le sont pas 😉 !), bonne journée messieurs !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s